>
Vous êtes ici:   Accueil > Actualités
NL | EN | ES

Actualités

Facebook Twitter Google + Mail imprimer cet article

La secrétaire d’Etat bruxelloise Debaets visite le Mouvement des Travailleurs Domestiques en Inde

Modifié le: 19/04/2018, 16h39

Ce lundi 16 avril, la Secrétaire d’Etat bruxelloise chargée de la Coopération au Développement, Bianca Debaets, a visité le Mouvement National des Travailleurs Domestiques (NDWM) en Inde, une organisation partenaire de Solidarité Mondiale. La Secrétaire d’Etat était à Chennai, capitale de l’Etat indien du Tamil Nadu, dans le cadre de la décision récente de la Région de Bruxelles-Capitale de nommer l’Inde comme un des pays prioritaires pour la Coopération au Développement.

Après la visite du roi Philippe et de la reine Mathilde en novembre 2017, c’est la deuxième fois en six mois que le Mouvement National des Travailleurs Domestiques (NDWM) reçoit une visite de marque de la part de la Belgique. Le NDWM a été fondée en 1985 par la sœur belge Jeanne Devos et, depuis de nombreuses années, avec le soutien de Solidarité Mondiale, il s’est engagé pour le sort de millions de travailleurs et travailleuses domestiques en Inde. C’est un groupe qui est composé principalement de femmes et d’enfants des communautés les plus marginalisées de la société indienne. La majorité d’entre elles sont des Dalits ou des ‘intouchables’, pour la plupart illettrés ou peu instruits ; qui travaillent de longues journées pour de très bas salaires et dans de mauvaises conditions de travail. Vu que le travail domestique se déroule souvent dans le secteur informel, beaucoup d’entre elles sont exposés à diverses formes d’exploitation et de discrimination, voire même d’intimidation sexuelle.

La secrétaire d’État Debaets, en compagnie du Consul général à Chennai, Mark Van de Vreken, et du Secrétaire général de la Région bruxelloise, Christian Lamouline, ont visité le NDWM et ont rencontré des familles des travailleurs domestiques du district de Perumbakkam. Dans ce district, au cours des derniers mois, quelques 14.000 familles ont été chassées des bidonvilles situés dans le centre de la ville contre leur volonté. A cause de ce déménagement forcé, les travailleuses domestiques doivent aujourd’hui parcourir une plus longue distance pour aller travailler ou payer des frais supplémentaires en transport, pendant que leurs enfants restent seuls à la maison le soir.

Sous la direction experte de sœur Valar, le NDWM sensibilise les travailleuses domestiques et leurs enfants sur leurs droits au travail à un salaire décent et à une protection sociale. Sœur Valar déclare : « En les informant sur leurs droits, nous voulons les émanciper et les rendre plus résilientes, afin qu’elles soient moins vulnérables aux abus dans les ménages où elles vont travailler. Nous fournissons également une formation pour enseigner leurs compétences techniques en tant que travailleur domestique. En outre, nous aimerions offrir un revenu alternatif aux mères célibataires en leur donnant l’occasion de démarrer une petite boutique dans le quartier ». La Secrétaire d’État, impressionnée par la solidarité entre les travailleuses domestiques, a souligné l’importance de l’éducation pour les enfants et la nécessité d’une attitude plus respectueuse envers les femmes qui sont souvent victimes de violences domestiques à Chennai.